White note book paper with pencil and crumpled paper on a wood

Petite pensée du Lundi #10 | De l’importance de faire un plan….

On ne le dira jamais assez, mais avant tout, quand on aborde un travail de recherche, qu’il fasse 10 ou 200 pages, la première chose à faire est un plan! Comme on l’a vu lundi dernier, une telle démarche n’a rien d’un voyage en ligne droite d’un point A à un point B, mais tient plutôt d’une errance sur une île parsemée d’obstacles en tous genres, faite d’allers-retours, de hauts et de bas. Pour éviter de vous retrouver coincé définitivement sur le Mont du « Où-allons-nous? » ou encore à tourner en rond indéfiniment dans le brouillard du « Où-suis-je? », vous avez besoin d’une boussole. Et cette boussole, c’est votre plan de départ. Et honnêtement, je n’en connais vraiment pas d’autre.

Certes, il y a des gens qui ont souvent déjà une construction assez claire dans leur tête de ce qu’ils veulent accomplir au début (quand ils sont encore dans la Baie de l’espérance). Mais, une fois qu’ils s’engagent sur les chemins de la recherche-même, puis sur ceux de la rédaction, ils ont beaucoup de mal à conserver ce plan initial, parce que leurs lectures et réflexions leur en font changer en cours de route, quand ils ne perdent pas carrément de vue leur problématique d’origine. Et du coup, immanquablement, il arrive un moment où ils se retrouvent bloqués sur le Sommet de la Confusion.

Un plan n’est pas non plus un carcan rigide qui s’impose à vous à chaque instant, mais il permet d’indiquer une direction à suivre, un horizon à atteindre, malgré tous les détours que vous pourriez être obligés de prendre au fur et à mesure de votre progression. De fait, si pendant vos recherches, vous avez l’impression que votre objectif n’est peut-être pas atteignable ou semble même, à certains égards, inintéressant (ou a déjà été atteint par d’autres), le plan vous permet justement de réévaluer votre projet et de le modifier, sans devoir recommencer toute votre réflexion à zéro. En le suivant, vous aurez déjà posé des repères, des références qui vous aideront alors à vous réorienter. C’est donc plus une espèce de guide, souple et modifiable, qu’un parcours fléché définitivement établi.

En faisant quelques recherches, je suis tombée sur ce billet de blog qui explique assez bien comment réaliser un plan. En fait, il n’existe pas un type de plan que l’on peut reprendre et appliquer à tout travail académique. Il s’agit plutôt d’une démarche que l’on réalise avant de s’élancer sur l’île de la recherche. C’est un peu comme si on prenait une carte et que l’on regardait par où on va passer, dans la mesure du possible. Bien sûr, comme l’indique l’auteur de ce billet, avant même de commencer à rédiger ce plan, il faut aussi être au clair avec la problématique à investiguer et donc les hypothèses ou les questions de recherche. J’aborderai cela dans d’autres billets à venir.

Publicités

A vos plumes!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s